b to b b to c c to c et c to b

B to B, B to C, C to C et C to B : Quelles différences ?

Lorsque l’on parle de B to B, on parle forcément et par opposition, de b to c ou encore de c to c.

Le B to B, ou Business to Business

Lorsque l’on aborde le B to B, on parle uniquement d’affaires réalisées entre professionnelles uniquement. Il s’agit d’activités où les clients et les prospects sont des entreprises.

Par exemple : Un comptable qui gère les comptes d’une entreprise ou encore une agence web qui réalise un site web pour une entreprise sont dans une relation entre professionnels. En France, les professionnels ne sont pas soumis à la TVA (ou taxe sur la valeur ajoutée). Toute la TVA que les entreprises payent devient de la TVA déductible. Toute la TVA que l’entreprise encaisse s’appelle de la TVA collectée. A la fin du mois ou du trimestre, elle verse la différence aux impôts !

En résumé : Le B to B caractérise la relation commerciale entreprises deux entités juridiques privée.

Le B to C : Business to Consumer

C’est un format très classique de relations commerciales : une entreprise qui vend à des particuliers. Qu’ils s’agissent de produits ou de services, d’achats ou de locations, c’est le type de cibles de l’entreprise qui déterminent s’il s’agit de B to B ou de B to C.

Par exemple : Lorsque vous allez faire vos courses pour votre usage à titre particulier dans un magasin, vous êtes un consommateur particulier qui achète auprès d’une entreprise. Vous êtes alors dans une relation B to C.

Vous payez également la TVA qui est de 20% en 2019. Celle-ci est collectée par l’entreprise et directement incluse dans le prix de vente. Mensuellement ou trimestriellement, les entreprises reversent la TVA qu’elles doivent à l’état aux centres des impôts des entreprises.

Le C to C : Consumer to Consumer

Le C to C est en plein développement. Avec la montée en puissance de plateformes telles que AirBnB ou Uber à ses débuts, le C to C s’organise. Les plateformes de mises en relation entre particuliers et l’économie circulaire telle que les sites de petites annonces comme Leboncoin permettent aux particuliers de réaliser directement des échanges avec peu ou pas d’intermédiaires.

Par exemple : Lorsque vous louez votre appartement sur Airbnb ou que vous revendez votre vieux canapé sur leboncoin, vous êtes en situation de C to C.

La TVA dans tout ça ? Lorsqu’il s’agit de la vente d’un bien d’occasion, il n’y a pas de TVA. Concernant la location, la législation évolue rapidement en ce moment et rien n’est gravé dans le marbre.

Le C to B pour Consumer to Business

Il serait possible d’imaginer ce type de relation lorsqu’une entreprise récompense des particuliers pour services rendus. Mais il ne peut s’agir d’activité rémunérer non-exceptionnelles, sans cas il s’agit de travail dissimulé.

Peut-être y viendront nous d’avantage, ou sous d’autres formes. Mais ne s’agit-il pas déjà de C to B lors d’une relation salariés-entreprises avec la vente et l’achat d’un temps de travail ?

 

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Zeen Subscribe
A customizable subscription slide-in box to promote your newsletter
[mc4wp_form id="314"]